FERMETURE ESTIVALE |

Du dimanche 14 juillet au jeudi 29 août (inclus). La billetterie en ligne reste ouverte.

 

Samedi 24 Mai
  • Grande salle, 18h45
  • Entrée libre
  • Durée : 1h15
  • de Carl-Henning Wijkmark
  • mise en scène Victor Gauthier-Martin

Dirigés par Victor Gauthier-Martin, les membres de l’atelier théâtre ainsi que des détenus du centre pénitentiaire de Meaux, présentent une adaptation de La Mort moderne, de Carl-Henning Wijkmark. Ils sont accompagnés par l’orchestre classique du conservatoire de Marne-et-Chantereine.

Ce texte, écrit en 1978, met brillamment à jour les processus de manipulation à l’œuvre en démocratie. Dans nos sociétés, plus question d’imposer. Il s’agit de convaincre, influencer, séduire les gens pour les amener à désirer ce que nous voulons qu’ils désirent.

C’est une mise en accusation du capitalisme aveugle qui érige la valeur économique comme la valeur suprême, au mépris de la valeur–vie. Chaque être humain est jaugé en fonction de son potentiel productif, où tout, absolument tout est marchandise.

« Mon souhait est de faire dialoguer La Mort Moderne, texte fiction, avec des écrits de détenus de la maison d’arrêt de Meaux qui vivent de l’intérieur cette place du « citoyen non productif ». Les détenus seraient sur scène avec les amateurs et leurs textes viendraient s’interposer tout au long de la pièce comme témoignage, complément d’information, contre-argumentation etc.

Interviendrait également dans la restitution, un orchestre classique du conservatoire de Vaires-sur-Marne, dont la musique viendrait ponctuer, accompagner les textes, faire un trait d’union entre les planificateurs aristocrates, les classes dirigeantes et les « autres » , les citoyens que nous sommes. »

Victor Gauthier-Martin, metteur en scène